• Votre courriel
    Votre mot de passe
Education
Ressources
Boîte à outils
      • Dossier pédagogique
      • Navire turc coulé (Constantinople)

      • Dossier pédagogique réalisé par Marie-Christine Bonneau-Darmagnac, enseignante d'histoire-géographie
        Dessin de Leven et Lemonier extrait de la revue, " Le Pays de France " (n°34) parue le 10 juin 1915, illustrant un navire turc, " le Stamboul ", qui transportait des troupes vers Gallipoli, torpillé par un sous-marin anglais devant l'arsenal de Constantinople (Turquie) durant la Première Guerre mondiale.
        Cote : CIL46-860
      • Navire turc coulé (Constantinople)
      • Ce dessin de Leven et Lemonier est paru dans la revue « Le pays de France », journal patriotique dont la parution s’arrête en 1919. Le périodique, édité par Le Matin, paraît tous les jeudis. Consacré au départ à la promotion du tourisme (on trouve la mention « Organe pour les Etats généraux du tourisme » sur la couverture), il se consacre à la guerre, en octobre 1914, suite au bombardement de la cathédrale de Reims. Le dessin, paru dans le n°34 du 10 juin 1915, illustre un navire turc, "le Stamboul", chargé de transporter des troupes et du ravitaillement vers Gallipoli, torpillé par un sous-marin anglais devant l'arsenal de Constantinople (Turquie) durant la Première Guerre mondiale.

        Description

        Au premier plan, on distingue aisément une mer démontée dans laquelle on aperçoit le périscope du sous-marin anglais. Le Stamboul, sur la droite avec une voie d’eau provoqué par la torpille et le long de son flan, un canot (une allège) avec des hommes. A gauche, un autre navire. A l’arrière-plan, on distingue la ville de Constantinople. 

        Le document est probablement une estampe réalisée par Leven et Lemonier (peu d’information sur les auteurs si ce n’est que cette signature se retrouve sur de nombreux dessins à l’encre de Chine, des estampes, des lithographies, des affiches de films. On trouve également dans un ouvrage de 1919 une précision : les deux artistes auraient fait les Beaux-Arts et auraient décidé de collaborer. Et effectivement, cette double signature est courante dans des illustrations du Pays de France). 

        La guerre maritime sur le front d’Orient

        La Première Guerre mondiale se caractérise par des affrontements dans les trois dimensions : terrestre, aérienne et navale. Le front d’Orient revêt une importance stratégique essentielle notamment en Mer Noire avec le détroit des Dardanelles et la péninsule de Gallipoli et constitue l’un des principaux théâtres de la guerre maritime. Les armées française et britanniques ont pour objectifs d’affaiblir l’Empire ottoman et d’ouvrir une voie de ravitaillement aux Russes. La maitrise des détroits est également essentielle.

        En mars 1915, le débarquement des forces anglaises et françaises débute. Les Dardanelles sont l’un des enjeux stratégiques des marines françaises et anglaises qui souhaitent ouvrir un nouveau front. Les forces Alliées déploient des navires de guerre mais également des sous-marins dans la région des détroits et plus précisément sur la presqu’ile de Gallipoli. 

        Les sous-marins anglais présents dans la zone avaient comme objectifs d’abattre les navires ottomans chargés de ravitailler les Dardanelles. Le Stamboul est un navire marchand qui se trouve, à quai, dans le port de Constantinople. Il sert vraisemblablement au ravitaillement en direction de Gallipoli.

        Le 25 mai 1915, le sous-marin anglais, le E-11, se trouve dans le port de Constantinople et lance une torpille en direction du Stamboul. L’événement a eu de nombreux échos dans la presse à partir du 29 mai. Dans l’Excelsior du 30 mai 1915, le torpillage du Stamboul est décrit assez précisément. L’article s’appuie sur une dépêche grecque. Le torpillage a eu lieu devant l’arsenal turc. La torpille a été détournée par le courant très fort (on voit la mer totalement démontée sur le dessin). D’après l’article de l’Excelsior, le petit bateau servant au chargement et déchargement du navire fut mis en pièce et le Stamboul troué par la torpille. A la lecture de cet article, il apparait que le dessin paru dans le Pays de France lui correspond parfaitement. Il n’est donc pas impossible que Leven et Lemonier se soient inspirés de l’article de l’Excelsior pour réaliser leur dessin.

        A Constantinople, le torpillage produisit une grande panique (il fait suite à une série de torpillages et notamment celui du Lusitania). Néanmoins, la campagne de Gallipoli, censée permettre le contrôle du détroit des Dardanelles et obtenir la capitulation de l’Empire ottoman, s’est soldée par d’énormes pertes militaires et la retraite des armées franco-anglaises. 

        Bibliographie

        • BUFFETAUT Yves, La Grande Guerre sur mer 1914-1918, Nantes, Marines éditions 1998
        • Chemin de mémoire, Le front d’Orient 1915-1919, consultable en ligne
        • COCHET François, « L’armée d’Orient, des expériences combattantes loin de Verdun », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 81 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 05 juin 2019, consultable en ligne
        • DELANOË Igor, « Le bassin de la mer Noire, un enjeu de la Grande Guerre en Méditerranée », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 81 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 02 juin 2019, consultable en ligne
        • LECOQ Tristan, La Grande Guerre sur mer. Le blocus, la guerre sous-marine, les convois, Plateforme 14/18, consultable en ligne
        • LE NAOUR Jean-Yves, Front d’Orient – 1914-1919, Les soldats oubliés, Gaussen édition, 2017

        Films

        • Boulanger Rébecca et Lecoq Tristan, Une autre histoire de la France en guerre, mai 2016, ECPAD (film accessible gratuitement en ligne pour les enseignants sur Eduthèque)
           
      • Publié le 13/06/2019
Recevez notre newsletter

Pour vous inscrire, entrez votre courriel dans le champ ci dessous.