• Votre courriel
    Votre mot de passe
Education
Actualités
      • Dossier pédagogique
      • Film Mines de Piennes (Sport et travail)

      • Fiche enseignant

      • Dossier pédagogique réalisé par Nadège MARIOTTI, Enseignante à l'ESPE - Université de Lorraine, Doctorante - Sorbonne Paris Cité et Chercheure associée 2L2S - Université de Lorraine
      • Film Mines de Piennes (Sport et travail)
      • La séquence en noir et blanc, muette et d’une durée de 21 secondes présentée, est extraite du film amateur 9,5mm « Sport et travail ». Ce film a été réalisé vers 1950 par Charles André, dans le cadre de rencontres sportives organisées par les entreprises minières et sidérurgiques de Meurthe-et Moselle. Une des mines dites de Piennes et surtout son terrain de sport sont au centre de la séquence avec des images montrant les installations externes.

        Visionner la séquence

        Description

        Time code début          Time code fin               Description images
        00 : 00 : 00 00 : 00 : 03 Carte géographique montrant l’emplacement de Piennes à proximité de Briey en Meurthe-et-Moselle à la limite de la Moselle. Zoom sur le figuré des mines
        00 : 00 : 04 00 : 00 : 11 Vue panoramique sur le terrain de sport au premier plan et les chevalements de la mine en arrière-plan. Travelling latéral vers les installations sportives et la voie ferrée devant
        00 : 00 : 12 00 : 00 : 15

        Plan plus élargi sur les chevalements en arrière-plan, les installations sportives et la voie ferrée au premier plan

        00 : 00 : 16 00 : 00 : 42

        Plan général de deux chevalements des mines de Piennes


        Analyse/contextualisation

        Toutes les sources documentaires consultées (voir la bibliographie) s’accordent sur un processus général commun et évolutif de fabrication de l’acier. Elles servent de fondement à la courte description suivante. 
        À l’origine se trouvent les matières premières (charbon et fer), qui sont cokéfiées ou métamorphosées en aggloméré avant d’être transformées en fonte liquide dans le haut-fourneau. Cette dernière est ensuite convertie en acier liquide selon divers procédés (Thomas, Martin, électrique, à l’oxygène pur) qui se succèdent dans le temps pour produire des produits plats ou longs profilés après laminage. 

        Les images filmiques se placent au début de cette chaîne opératoire, à savoir lors de l’extraction du minerai de fer. 
        Les premières images de cet extrait permettent de localiser les sites d’exploitation de Piennes, en Meurthe-et-Moselle à proximité des mines de fer de Briey et en limite du département de la Moselle. Ces départements constituent le bassin ferrifère le plus important de France au XXe siècle. En 1950, la production lorraine de minerai de fer approche les 30 millions de tonnes et emploie environ 25 000 personnes. 
        Dans le bassin de Briey, il existe une ensemble nommé « mines de Piennes » : mine de Landres, de la Mourière, de Joudreville et de Piennes. Il est difficile de savoir quel est le site minier qui correspond vraiment aux images filmées mais après une recherche sur Géoportail, il semblerait que ce soit celui de Joudreville. L’exploitation de cet ensemble date du début des années 1900. Les puits de 4 m de diamètre, permettent un accès aux chantiers ferrifères situés à 40 m sous terre. L’extrait de film montre en arrière-plan deux chevalements (installation métallique surmontée d’une poulie), hauts en général de 35 m, qui surplombent les puits. La poulie permet la montée ou la descente des cages au jour et au fond. L’ensemble de ses sites miniers ferme définitivement en 1984.

        A Piennes, comme ailleurs, les mineurs sont logés gratuitement dans des maisons de cités. Les équipements et les loisirs incombent également à la société minière. C’est dans ce cadre qu’ont lieux les rencontrent sportives entre jeunes de diverses villes du bassin. Les images filmiques illustrent cet état de fait avec la présentation du terrain de sport placé sur le carreau de la mine entre les chevalements et la voie ferrée. Piennes possède dans les années 1950 une équipe de basket et une équipe de football qui utilisent cette infrastructure.

        Visionner la séquence

         

        Bibliographie

        • CHAMBRE SYNDICALE DE LA SIDÉRURGIE FRANÇAISE, La fonte et l’acier. Planches illustrées sur l’élaboration et le laminage du métal et sur son utilisation, Paris, [s.d], 36 planches.
        • FÉDÉRATION FRANÇAISE DE L’ACIER, Vue d’ensemble des procédés sidérurgiques, 2009, consulté le 09 septembre 2016 : http://www.acier.org/informations/publications.html.
        • NAVET Francis, Lorraine : les mines de fer, Éd. Serpenoise, Metz, 1997.
        • COOK Anne et HOURTE Anne-Claire, Patrimoine et culture industrielle en Lorraine : jalons pour une route de l'industrie Sar-Lor-Lux, Direction régionale des affaires culturelles de Lorraine,  CCSTI du fer et de la métallurgie, Musée de l'histoire du fer, Éd. Serpenoise, Metz, 1996. 
        • MONTAGNE André, TINCELIN Edouard, ASTIER Jacques, VAROQUAUX Arthur, Les mines de fer de Lorraine, UIMM, Paris, 1992.
        • FELLER Guy-Joseph et al, Des mines et des hommes, Editions Paroles de Lorrains, Longwy, 2017.
           
      • Publié le 02/04/2019
Recevez notre newsletter