• Votre courriel
    Votre mot de passe
Collections

Images de l'industrie

Fiche documentaire

Publié le 00

Lettre à en-tête de la Maison Bellieni (Nancy)

    • Auteur
    • ANONYME
    • Ayant Droit
    • Michel GRANDJEAN
    • Déposant
    • Michel GRANDJEAN
    • N° de photo
    • FI-0497-0137
    • Coloration
    • Couleur
Lettre à en-tte de la " Maison Bellineni, Ritter successeur " datée du 17 octobre 1922 apportant une réponse à M. Paul Michels (1866-1944), photographe amateur lorrain né à Metz le 18 novembre 1866 et décédé à Neuilly-sur-Seine (Seine) le 23 décembre 1944, concernant les instructions pour l'ajustement d'un objectif grand angle sur une jumelle photographique Bellieni. Originaire de C»me en Italie, André Franois Bellieni (1789-1843), opticien et son frre Franois (1795-18..), négociant en étoffes, s'installent à Metz (Moselle) en 1812, probablement au 6, En Fournirue, près de la place d'Armes et fondent la Maison Bellieni, qui, de 1812 à 1870, entretiendra de bons rapports professionnels avec l'Ecole d'application de l'artillerie et du génie de Metz. Aprs la Guerre franco-allemande (1870-1871), les Bellieni s'installent à Nancy au 17, place de l'Académie (rebaptisée place Carnot en 1895 en mémoire de l'assassinat du président Carnot en 1894). A 23 ans, Henri Bellieni (1857-1938) reprend l'entreprise familiale, cumulant les métiers de photographe, négociant en optique et chambres photographiques, inventeur et fabricant de matériels en géodésie. Ds 1896, la première jumelle stéréoscopique voit le jour et assure à Henri Bellieni une notoriété inconstestée dans le monde du matériel photographique qui lui vaut plusieurs récompenses internationales. Membre actif de la Société lorraine de photographie (Nancy) ds sa fondation en 1894, il y joue un r»le de premier plan et se lie d'amitié avec Paul Michels quelques années plus tard. C'est en 1921, que Bellieni se rapproche de P. Ritter, opticien constructeur installé 11, rue des Michottes. L'année suivante, ils s'associent et l'entreprise est connue sous l'appellation " H. Bellieni Ritter successeur ". Cette lettre rappelle l'attachement de Paul Michels, qui, bien qu'habitant Neuilly-sur-Seine, reste fidle à la Maison nancéienne.
Commentaire(s)
Lieux
Autres résultats
Ma recherche en coursSauvegarder ma recherche
Recevez notre newsletter