• Votre courriel
    Votre mot de passe
Itinéraires
Itinéraires
Etapes d'itinéraire
      • Etape C
      • Saline de Varangéville

      • LA ROUTE DU SEL EN LORRAINE

      • par Michel Dequéant

        Possédait sur son territoire deux salines :
        -    Rosières – Varangéville.
        -    Saint-Nicolas – Varangéville. 
        Bordée par le canal de la Marne au Rhin. 
        Coordonnées : 48°38’02’’ Nord- 6°18’49’’ Est - PK 175820 Canal de la Marne au Rhin.
      • Saline de Varangéville
        • 1965 – Vue de Varangéville.
          • 54110 Varangéville ( 54 )
          • France
          • Lon. 6.310088010559092
          • Lat. 48.63924754081071
      • ROSIÈRES - VARANGÉVILLE

        14 avril 1951 – Vue des environs de la saline. - Construction du pont de la RN4 sur les écluses n°23

        Se situe dans la vallée de la MEURTHE.
        Coordonnées : 48°37’54’’ Nord - 6°18’11’’ Est - PK 177368 Canal de la Marne au Rhin.
        Son administration se fera successivement à Nancy au Passage du Casino, 1, rue de la visitation ; 57, rue Stanislas, 47, rue Gambetta, 8, rue Girardet et enfin rue Lyautey.

        CONCESSIONS

        1889 – Carte de la concession.

        La concession de la « Société des Mines de Sel et Salines de Rosières – Varangéville » comprise dans les limites ci-après définies, communes de Dombasles, Rosières-aux-Salines, Saint-Nicolas-de-Port et Varangéville dans le pays du sel et Vermois, fut institué les 7 juin 1845 et 24 décembre 1852 pour une durée de 99 ans.

        Concessions additionnelles les 1er septembre 1855 et 17 février 1881 sur une superficie totale de 848 ha au profit de MM. Collard, Perrin et consorts.

        En 1821 est autorisé un sondage de reconnaissance. Sur cette concession seront forés 10 sondages (3+1 au lieu-dit du Rouau en 1900 et 4 au lieu-dit le Trou des Loups après 1900), et une mine de sel gemme.
        1856 – 1905 : fonçage des puits « 3 et secours ».
        Les sondages seront reliés à la saline par un saumoduc de 125mm de diamètre sur 2 km.

        M. Payelle / Berger-Levrault et Cie. - 1905 – Pompe de sondages.

        SALINE

        21 mai 1853 : décret impérial d’autorisation de construction d’une usine.
        Octobre 1853 : début d’exploitation et transformation de la Société en S.A.
        1876 : venant de la saline de Saint-Laurent à Einville-au-Jard qu’il avait créée, arrivée de M. Emile Maugras qui devient directeur de la saline jusqu’en 1924.
        1890 : important incendie dans les bâtiments de la saline.
        1900 : le sel était produit dans des poêles représentant une superficie de 250 m2.
        1909 : participation de la saline à l’Exposition internationale de l’Est de la France à Nancy. À cette époque, la saline produisait 14000 tonnes de sel pour un effectif de 115 ouvriers.
        1914 – 1918 : la production est arrêtée suite aux événements. Les bâtiments subiront d’importants dégâts.
        1923 les Manufactures des Glaces & Produits chimiques de Saint-Gobain, Chauny & Cirey absorbent la saline de Rosières-Varangéville.
        Vers 1920 : 18000 tonnes de sels raffinés seront produits par 80 ouvriers et 91 seront utilisés à la mine.

        • 1909 - Stand des productions de la saline.

        • État des cités « Maugras » en face de la saline en 1915 – Coll. Famille Maugras.

        • Salinage dans la poêle découverte.

        • Salinage dans la poêle couverte

        • Agitateur de poêle ronde

        • Transport du sel dans les greniers

        4 janvier 1941 : suite à la loi du 16 novembre 1940, Mr André Barraud, directeur de la société des sels et produits « La Cigogne » est nommé président du Conseil d’administration de la Société. M. Jean Payelle est nommé président du conseil d’administration de la Société Anonyme des Mines de Sel & Salines de Rosières-Varangéville.
        1942 : fermeture temporaire de la saline.
        6 septembre 1948 : création de la S.A. d’Exploitation des Mines de Sel & Salines de Varangéville sous l’abréviation « S.E.V. ».
        1950 : fermeture provisoire de la saline.
        1960 : fusion avec la saline Saint-Nicolas - Varangéville.
        1964 : arrêt définitif de la saline.
        31 décembre 2018 : renoncement de la concession.

        MINE

        1856 : fonçage du puits RV3.
        1858 : exploitation de la mine de sel gemme.
        1905 : fonçage du puits de secours.
        1960 : fusion des mines de Rosières et Saint-Nicolas.

        • Exposition de 1909, Nancy. - Perforatrice manuelle.

        • Exposition de 1909, Nancy. – Recette supérieure d’un puits de sel gemme.

        CHRONOLOGIE DE LA SALINE DE ROSIÈRES-VARANGÉVILLE

        • 1845-1881 : autorisation de concessions.
        • 1853-1965 : fabrication de sel.
        • 1914-1918 : arrêt et dégradations de la saline.
        • 1923 : achat de la saline par Saint-Gobain.
        • 1948 : création de la S.E.V.
        • 1960 : fusion avec la saline Saint-Nicolas - Varangéville.
        • 1965 : arrêt définitif de la saline.
        • 31 décembre 2018 : concession renoncée.

        SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES ET ICONOGRAPHIQUES

        • Archives C.S.M.E.
        • Archives personnelles M. Dequéant.
        • Journal de M. Émile Maugras.
        • Le sel à l’Exposition : Nancy 1909. - [S.l. : s.n.], [1909]. – 31 p. : ill., couv. ill. ; 12 x 20 cm. - Note de l’avant-propos : « Cette petite notice n’est dans sa première partie, qu’un court résumé de l’étude de M. Gréau… »
        • Photos M. Payelle 1908 - Berger-Levrault


        SAINT-NICOLAS - VARANGÉVILLE

        1890 - Vue de Saint-Nicolas-du-Port. - Lithographie Maugendre

        Se situe dans la vallée de la Meurthe. Coordonnées : 48°37’54 Nord - 6°18’11’’ Est - PK 175428 Canal de la Marne au Rhin.

        Son administration se faisait 5, rue Geoffroy-Marie, faubourg Montmartre, puis 44, rue Château-Landon à Paris. 
        Pour simplifier la présentation de cette saline toujours en activité, elle est divisée en deux périodes :

        • 1855-1945 : période Daguin & De Marchéville.
        • 1946-2020 : période C.S.M.E.


        PÉRIODE 1855 – 1945

        CONCESSIONS

        Novacarb - Portraits de MM. M. de Marcheville  et E. Daguin

        La concession de mines de sel gemme comprise dans les limites ci-après définies, communes de Lenoncourt, Rosières-aux-Salines, Saint-Nicolas-de-Port et Varangéville dans le pays du sel et du Vermois, fut instituée le 7 juillet 1855 pour une superficie de 640 ha 26 a, puis une extension de 129 ha le 15 avril 1878 au profit de J.B.E. Daguin, soit une superficie portée à 769 ha.

        19 juillet 1885 : réunion des concessions de Saint-Nicolas et La Madeleine (soudière : 605 Ha) soit une superficie de 1374 Ha pour une durée de 99 ans.

        1er septembre 1853 : M. Pouget de Landroff effectue un sondage de reconnaissance à Varangéville. Il aura confirmation du gisement salin en août 1854. 
        Les sondages N° 1 & 2 exploités en 1874 et 1875 se sont effondrés en 1879. Les 3 à 6 en 1878, 1880, 1880 et 1882, seront abandonnés en 1893, 1895 et 1905.

        • 1889 – Carte de la concession.

        • 1890 – Situation des premiers sondages.

        • Sondages dans la vallée de la Roanne.

        1903 : réunion des concessions de Harretchia et d’Eyhartzia (Basses-Pyrénées) aux concessions de Saint-Nicolas et de La Madeleine. Ces concessions alimentaient la saline de Mouguerre en eau salée. Saline achetée en 1902 par Marcel De Marcheville.
        12 janvier 1892 : décès de Ernest Daguin. Il fut remplacé, en qualité de gérant, par Marcel de Marchéville, son gendre, qu’il avait associé depuis 1887 à la direction de la société, en qualité de co-gérant.
        En 1936, la saline de Saint-Nicolas avait foré 26 sondages.

        SALINE

        • Lithographie Maugendre. 1890 - Vue de la saline.

        • 1860 – Plan de la saline.

        • 1861 – plan pour l’Exposition Universelle de Metz.

        14 novembre 1855 : construction de l’usine.

        Juin 1888 : confection d’un saumoduc de 4 km reliant la saline de Saint-Nicolas à la soudière de La Madeleine pour la fourniture partielle d’eau salée pour la fabrication du carbonate de sodium.
        1889 : la saline possède 65 poêles produisant annuellement 50 000 tonnes de sels raffinés.

        • Novacarb - Poêles d’évaporation, 1930.

        • Novacarb - Fabrication du sel Finfin en poêles rondes, 1930.

        • Vues de la saline de Saint-Nicolas et de la soudière de La Madeleine

        • Novacarb - 1910 - Stand à l’Exposition de Bruxelles.

        15 mai 1904 : décès de Marcel De Marcheville. Il est remplacé par son fils Louis âgé de 30 ans.
        7 août 1905 : cinquantenaire de la saline Saint-Nicolas.

        1930 : 75ème anniversaire de la société. À cet effet seront  édités deux albums de photos : 1 sur la saline de Saint-Nicolas et l’autre sur la soudière de La Madeleine.

        27 juillet 1943 : afin de financer les réparations causées par les combats des 18, 19 et 20 juin 1940 subis par la soudière de La Madeleine et la vétusté de ses appareils, M. Louis de Marcheville consulte pour savoir s’il peut vendre la saline et ses avoirs salins avec uniquement le consentement du Conseil de surveillance.

        11 août 1943 : il entre en délicatesse avec ce conseil d’autorité et entame un compromis de  vente avec la  Société méridionale salinière. 
        11 novembre 1943 : il persiste dans cette vente auprès de la Société anonyme générale salinière, ou toute autre société régionale lorraine en formation. Devant cet état de fait, la majorité du conseil d’administration introduit devant le Tribunal de Commerce, une instance qui ne fut abandonnée qu’en 1945 avec la démission de M. Louis de Marcheville.

        MINE

        Novacarb - 1930 – Salle de réception dans la mine.

        1er septembre 1853 : sondage de reconnaissance du pré-creusement des puits de mine de    sel gemme.
        13 décembre 1855 : autorisation de creusement du puits. Il portera le nom de Saint- Maximilien et sera achevé en 1858.
        Les travaux du second puits d’extraction débuteront en 1870 et s’achèveront en 1872 et prendra le nom de Saint-Jean Baptiste.

        Dans un premier temps, l’abattage se faisait à l’aide d’eau sous pression.

        31 octobre 1873 : affaissement de l’ancienne mine dû à l’abattage à l’eau sous pression.

        • Novacarb - 1869 – Chantier d’abattage à l’eau.

        • 31 octobre 1873 – Vue de l’affaissement.

        • Ingénieur de la Cie de l’Est-  1875 - Schéma de l’affaissement.

        • 1910 – Survol des galeries.

        1er janvier 1910 : les galeries de mine atteignent 29,234 km sur 282 855 m2.

        • Novacarb - Percement des trous de mine.

        • Novacarb - Chargement des explosifs.

        • Novacarb - Recette inférieure, 1910.

        • Famille de Marcheville. 1910 – Recette supérieure.

        • Novacarb - Extraction et recette supérieure, 1910.

        TRANSPORTS

        Le sel était vendu en vrac ou en sacs par chemin de fer ou péniches, ou empaqueté de divers contenances.

        • Novacarb - Chargement sur bateaux et wagon des sels gemme et raffinés, 1910.

        • Novacarb – Passerelle de chargement sur wagons.

        • M. Dequéant. Premières étiquettes d’emballages.

        • Novacarb – Postes d’emballage.

        CHRONOLOGIE DE LA SALINE DE SAINT-NICOLAS / VARANGÉVILLE

        • 7 juillet 1855 : obtention de la concession de Saint-Nicolas.
        • 14 novembre 1855 : construction de l’usine.
        • 11 décembre 1855 : premier puits de mine (Maximilien).
        • 1870 : second puits de mine (Saint-Jean Baptiste).
        • 31 octobre 1873 : affaissement.
        • 1874 : premiers sondages.
        • 15 avril 1878 : extension de concession. 
        • 12 janvier 1892 : décès d’Ernest Daguin.
        • 15 mai 1904 : décès de Marcel de Marcheville.
        • 27 juillet 1943 : tentative de vente de la saline et de ses avoirs salins.
        • 2 janvier 1946 : renoncement de Louis de Marcheville.

        SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES ET ICONOGRAPHIQUES

        • Archives de la C.S.M.E.
        • Archives Famille de Marcheville.
        • Archives NOVACARB, dossiers 46, 132, 133.
        • Archives personnelles M. Dequéant.
        • 1855-1955 – Les Soudières Réunies – Livre du Centenaire.
        • Dessins d’ap. nat.et Lith. par A. Maugendre – Wiener (ainé) fils, Editeur à Nancy – Imp. Auguste Bry, r. du Bac 114, PARIS.
        • Livret Marcheville – Daguin & Cie – Société du Comptoir de l’Industrie du Sel et des Produits chimiques de l’Est. L. Geisler / marchev. 3 rue de la Bienfaisance, Paris.


        PÉRIODE 1946 – 2020.

        CONCESSIONS

        1894 – Concession de Drouville.

        La concession de Drouville concédée le 24 novembre 1894 sur 466 ha au profit de la Société des produits chimiques et soudière de la Meurthe, puis propriété de la Société Saint-Gobain le 21 février 1901, est amodiée à la Société salinière de l’Est le 13 janvier 1968 et prolongée de 25 ans le 13 décembre 2019. La société est autorisée le 23 juillet 2009 à exploiter sur cette concession, 13 puits qui portent sur partie des communes de Courbesseaux, Drouville, Gellenoncourt et Haraucourt en Meurthe-et-Moselle.

        La concession de Courbesseaux concédée le 9 janvier 1973, au profit de la C.S.M.E. porte sur partie des territoires de Courbesseaux, Drouville, Gellencourt, Haraucourt et Réméréville. Une demande de prolongation a été réalisée le 1er décembre 2016 pour 25 ans.

        La concession de Cauroy de 1982 à 2003 porte sur une partie des territoires de Cauroy, Dombasle, Rosières-aux-Salines et Saint-Nicolas.

        1983 – concession de Champenoux.

        la concession de Champenoux concédée le 22 décembre 1983 sur 1 540 ha pour une durée de 50 ans, concession qui porte sur partie des territoires de Champenoux, Courbesseaux, Erbéviller-sur-Amezule, Mazerules et Réméréville, dans le département de Meurthe-et-Moselle.

        La concession de La Madeleine II, mutation partielle de la concession de La Madeleine, concédée le 6 août 1981 sur 45,6 ha, concession qui porte sur partie du territoire de Saint-Nicolas en Meurthe-et-Moselle. 
        La concession de Dombasle II, mutation partielle de la concession de Dombasle, concédée le 29 juillet 2004 sur 166 ha, concession qui porte sur partie sur les territoires de Dombasle et Rosières-aux-Salines. 

        • 1881 – Concession de La Madeleine.     1864/82 – Concession de  Dombasle.
          Mutations partielles.

        SALINE

        Le salinier. - 1980 - Vue de la saline.

        30 janvier 1944 : création de la Société salinière lorraine qui deviendra locataire puis propriétaire le 1er janvier 1946 de la saline Saint-Nicolas. 

        1959 : absorption de la saline de Bosserville. C’est le début de la concentration salinière dans la saline de Saint-Nicolas.
        1961 : la Société salinière de l’Est remplace la Société salinière lorraine.
        La saline utilise la technique des poêles non chauffées. Les deux poêles de dimensions de 40 m sur 10 m auront une capacité de production journalière de sel de 100 kg/m2, soit 25 000 t/an.

        1946 - Plan de l’usine.

        1963 : absorption des salines de : Saleaux, Saint-Laurent et Saltzbronn / Sainte-Valdrée.
        1964 : absorption des salines de Maixe et Rosières.
        1965 : absorption des salines de Malmay, du Haras, et des Aulnois.
        1966 : fin de la concentration salinière.
        1967 : création de la Société salinière de l’Est et du Sud-Ouest.
        1968 : cette dernière prend le nom de Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l’Est. 
        1990 - 1992 : création de « Lorraine-Environnement » pour un projet de stockage contrôlé de déchets industriels dans la mine. À noter que la Commission d’enquête « CLI » a été mise en place par M. le Préfet Claude Érignac. 

        MINE

        1990 - Vue d’une galerie de la mine.

        De 1853 à 1972, l’exploitation était concentrée dans l’ancienne mine, au nord du canal de la Marne au Rhin. Depuis 1973  jusqu’en 2025 (?), elle se fera au sud : mine moderne.

        En 2014, plus de 200 km de galeries sont exploitées sur plus de 400 km2. L’épaisseur de sel oscille entre 15 et 70 m se subdivisant en 11 couches dont une  seule est exploitée. Le front de taille, à cette époque se situait à 5 km du puits.

        CHRONOLOGIE DE LA SALINE DE SAINT-NICOLAS après 1945

        • 1946 : Société Salinière Lorraine.
        • 1961 : Société Salinière de l’Est.
        • 1960 à 1966 : réunification des salines.
        • 1968 : création de la C.S.M.E.
        • 1973 à 2025 : nouvelles concessions.
        • 1990 à 1992 : projet Lorraine-Environnement.
        Reprise au stock.

        SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES ET ICONOGRAPHIQUES

        • La Mémoire du sel - Alain Weber.
        • Les salines de lorraine – www.exxplore.fr.
        • Rapport Geoderis - 29 11 2013.
        • Projet Lorraine-Environnement.
        • Le Salinier n°65 – 14 juillet 1989 et son opuscule publicitaire.
        • Les industries du sel par Pierre Charruy.
        • Archives Société Salinière Lorraine.
        • Archives personnelles M. Dequéant.
      • Les médias de cette étape
      • Aucun résultat
Recevez notre newsletter