• Votre courriel
    Votre mot de passe
Education
Actualités
      • Dossier pédagogique
      • La grève dans le bassin minier de Longwy, 1905

      • Fiche enseignant réalisée par Arnaud CLÉMENT, Camille PAGLIA et Séléna RIZZATO

      • Fiche enseignant réalisée par Arnaud CLÉMENT, Camille PAGLIA et Séléna RIZZATO, étudiants fonctionnaires stagiaires en M2 du Master MEEF à l’INSPÉ de l’Université de Lorraine site de Metz-Montigny.
      • La grève dans le bassin minier de Longwy, Saulnes 1905 (Image’Est)
        La grève dans le bassin de Longwy, Longwy-Gouraincourt 1905 (Image’Est)

        Ces photographies, noires et blanches, illustrent les grèves de 1905 dans le bassin minier de Longwy. Elles ont été transformées en cartes postales, procédé courant lors de ces mouvements sociaux. Inventée dans les années 1870, la carte postale, « devenue illustrée lors de l’exposition universelle de 1889 à Paris, puis reproduite à partir d’une photographie en 1891, est utilisée comme souvenir et aussi comme message publicitaire ».

        Description des photos

        La grève dans le bassin minier de Longwy à Saulnes en 1905, montre des ouvriers faisant le tour du village. Une marche qui s’inscrit dans le mouvement de grèves de cette année-là. Au premier plan, on distingue, portant les drapeaux que l’on suppose rouges, Varède, rédacteur en chef du journal de gauche « Réveil », et Boudoux, un anarchiste secrétaire du syndicat CGT de Lunéville. Des femmes et des enfants accompagnent le cortège. En arrière-plan, on aperçoit les tours fumantes des hauts-fourneaux de Saulnes, qui contrastent avec le reste de la photographie où domine un paysage boisé.
        La seconde carte postale nous donne à voir un peloton des Dragons aux Hauts-Fourneaux de la Chiers, à Longwy-Gouraincourt en 1905. On perçoit à l’arrière-plan les « bouteilles » (encore nommées choppers) servant à l’épuration des gaz produits par les hauts-fourneaux, ainsi qu’une cheminée d’évacuation fumante, présente également sur la première carte postale, indiquant que bien qu’une grève ait lieu, l’activité sidérurgique n’est pas à l’arrêt.

        Analyse/Contextualisation

        Hormis quelques mouvements légers – une journée de grève à Thil en 1895, une semaine à la mine d’Hussigny en 1903, trois jours à Thil en 1904 – la grève de 1905 est le premier mouvement d’ampleur qui survient dans le bassin de Longwy-Villerupt, comme l’illustre cette déclaration  d’Alexandre Dreux, Directeur général des Aciéries de Longwy, lors de la venue d’Henri Boucher, ministre de l’industrie en 1889 : «  L’union la plus complète règne entre les patrons et ouvriers ; jusqu’ici, ce coin de Lorraine a été heureusement préservé des dissensions, des conflits et des grèves qui ont jeté la ruine et la désolation sur les autres centres industriels  ».

        C’est en 1905 que les hommes du fer entrent massivement en scène.

        On peut rappeler que le droit de grève, tout comme le droit syndical, en est à ses débuts. En 1791, la loi Chapelier interdit les corporations. En 1864, le droit de grève est autorisé par la loi Ollivier. Puis a lieu la légalisation des syndicats avec la loi Waldeck-Rousseau de 1884. À sa suite, la CGT est créée, en 1895. Ce syndicalisme, dit « rouge », est porteur de progrès social sur le terrain des salaires, des conditions de travail et des libertés collectives. Il coïncide avec la naissance de mouvements politiques de gauche. En parallèle, est créé en 1899 un « syndicalisme jaune », proche du patronat, n’utilisant pas la grève comme moyen d’action, pour contrebalancer le syndicalisme « rouge ».

        La grève éclate à la mine de Thil le 22 avril 1905. Le bassin minier tout entier s’embrase : le 29 juin, 643 grévistes sur 3 mines du bassin d’Hussigny manifestent. Le 4 juillet, 183 mineurs à Moulaine leur emboitent le pas et d’autres encore le 12 juillet à Saulnes (lieu de la carte postale n°1). Les délégués syndicaux CGT se rendent sur place, organisent le mouvement, qui s’étend de site en site et gagne toutes les professions. Pendant le mouvement, des soupes populaires sont mises en place.

        La revendication initiale est une reprise des embryons de grève des années précédentes, et porte sur le contrôle par des ouvriers de la pesée du minerai ; la direction étant soupçonnée d’estimer celle-ci à la baisse – les ouvriers touchant une rémunération par tonne de minerai extrait. Des revendications supplémentaires sont ensuite adressées par les ouvriers :

        1. Augmentation de 0,10 franc par tonne de minerai
        2. Paie tous les 15 jours au lieu de tous les mois
        3. Libre choix du médecin
        4. Pas de sanction pour les faits de grève
        5. Suppression des retenues sur les salaires pour la caisse des retraites

        Au mois de septembre, les métallurgistes du bassin prennent le relai. Les syndicats présentent des revendications générales, telles que la liberté absolue de conscience et l’engagement de ne plus exercer de pressions sur les ouvriers pour des raisons syndicales, la paie tous les quinze jours, la fin des renvois pour des faits de grève, et des revendications particulières à chaque service, essentiellement d’ordre salarial ou touchant à certains aspects des conditions de travail.

        De l’autre côté, la résistance s’organise aussi. La sous-préfecture de Briey envoie plusieurs régiments de dragons sécuriser les sites d’extraction et de production, comme l’illustre la deuxième photographie. Le 22 juillet, Marc Raty, maire de la commune de Saulnes et maitre des forges (vocable souvent donné au propriétaire d’importantes aciéries, dont il assume l’administration   ), ceint de son écharpe tricolore, tente d’interrompre une réunion syndicale rouge. L’altercation dégénère, il y a des blessés de part et d’autre.

        La presse relaie le mouvement et pour une partie de celle-ci, l’agitation dans le bassin longovicien n’est pas anodine. Ainsi, le rédacteur de L’écho des mines et de la métallurgie, affidé des maitres de forges, voit dans les grèves l’intervention d’une puissance étrangère : « On se demande si une puissance étrangère ne guide pas ce mouvement à son profit. Nous demandons que le gouvernement fasse une enquête sérieuse sur cette agitation créée à la frontière, dans une région habituellement si calme ».

        Fait notable lors du mouvement, une charge de dragons à lieu le 12 septembre, et dans la bousculade, un ouvrier, le maçon Huart est tué. À la suite de cet incident, le ministre de la guerre se rend à Longwy et s’adresse à la troupe qui garde les sites ainsi qu’aux grévistes.

        La grève prend fin à Hussigny, Moulaine et Saulnes à la mi-août. Les sidérurgistes y mettent un terme en octobre. Aucune revendication n’a obtenu gain de cause. Cependant, ce mouvement de 1905 est le premier d’ampleur dans le bassin longovicien et il assoit, en termes d’unification des syndicats de gauche et de mobilisation de l’ensemble des ouvriers du bassin, une culture commune de la revendication.

        Bibliographie

        • Mariotti N., Dossier Pédagogique Hauts fourneaux de Saulnes et mines de Sancy, site d’Image’Est.
        • Casarotto J. T., L’industrie du fer dans le bassin de Longwy des origines à nos jours, Fensch Vallée Éditions, 2016.
        • Institut national de la statistique et des études économiques, Dictionnaire des métiers et appellations d’emploi, PUF, 1954.
        • Dreux Alexandre, Discours et allocutions, Tome 1.
        • L’écho des mines et de la métallurgie, n°1716, du 21septembre 1905, p 1115.

        Pour aller plus loin

        Coupures de presse d’époque :

        https://kiosque.limedia.fr/ark:/79345/dshw1jnph533dh25/p3.item.r=Gr%C3%A8ves%201905
        https://kiosque.limedia.fr/ark:/79345/d2qs212qwgvwblst/p3.item.r=Gr%C3%A8ves%201905
        https://kiosque.limedia.fr/ark:/31124/d9891kq786ddpgvg/p1.item.r=Gr%C3%A8ves%201905


        Photographies de la grève de mineurs dans le bassin :

        https://www.image-est.fr/Fiche-documentaire-Gr%C3%A8ve-du-fer-_Meurthe-et-Moselle_-1284-2374-2-1.html?ref=0fbce5e6e6c64b4c87547754472df1ea
        https://www.image-est.fr/Fiche-documentaire-Gr%C3%A8ve-du-fer-_Meurthe-et-Moselle_-1284-2375-2-1.html?ref=0fbce5e6e6c64b4c87547754472df1ea
        https://www.image-est.fr/Fiche-documentaire-Gr%C3%A8ve-du-fer-_Meurthe-et-Moselle_-1284-2376-2-1.html?ref=0fbce5e6e6c64b4c87547754472df1ea
        https://www.image-est.fr/Fiche-documentaire-Gr%C3%A8ve-du-fer-_Meurthe-et-Moselle_-1284-2377-2-1.html?ref=0fbce5e6e6c64b4c87547754472df1ea
        https://www.image-est.fr/Fiche-documentaire-Gr%C3%A8ve-du-fer-_Meurthe-et-Moselle_-1284-2379-2-1.html?ref=0fbce5e6e6c64b4c87547754472df1ea

      • Publié le 11/08/2020
Recevez notre newsletter