• Votre courriel
    Votre mot de passe
Education
Accompagnement
      • Rencontre
      • Les Rencontres Educ'Images 2019

      • Valorisation des images d'archive pour et par l'éducation aux images

      • Les Rencontres Educ'Images 2019
      • Les rencontres régionales de l'éducation aux images organisées par Image’Est répondent à un double objectif : favoriser la rencontre et le dialogue entre les acteurs sociaux, culturels et éducatifs du territoire et encourager l’échange d’expériences et de bonnes pratiques. Elles ont pour objectif principal de partager des connaissances et des questions communes sur l’éducation aux images autour d’un thème de référence. Cette édition 2019 porte sur l’exploration des usages pédagogiques de l’image d’archive.

        L’appropriation des images d’archives, qu’elles soient fixes ou animées, n’a rien d’évident et pourtant, celles-ci peuvent s’avérer riches de sens et d’enseignement si l’on prend la peine de dépasser un premier niveau de lecture pour entrer dans leur intimité et les faire parler. Expliciter le sens, restituer le contexte, révéler le fond au-delà de la forme, tout cela passe par des actions de médiation et nécessite un accompagnement.

        Cette journée de réflexion et d’échange, cherche donc à rendre compte de la valorisation des images d’archives pour et par l’éducation artistique aux images. Elle interroge tout à la fois la présence de l'image d’archive et son statut dans les manifestations multiples que la création et la pédagogie lui accordent.

         

        Restitution

        Conférence : Les archives filmées par Jean-Yves de Lépinay

        De leur collecte à leur préservation, de leur valorisation à leur détournement, notre rapport aux archives filmées est fondamentalement polymorphe. Jean-Yves de Lépinay propose de revenir  sur ses différents statuts et usages en réinscrivant les pratiques contemporaines dans une histoire des images d’archives qui remonte à l’invention du cinéma. La conférence est visible ci-dessous et une restitution de la conférence a été rédigée.

         

        Quel usage de l’image d’archive dans le cadre d’ateliers pédagogiques ?

        Table ronde suivie d'ateliers collaboratifs

        Durant cette journée, 4 ateliers ont été proposés, encadrés par les intervenants qui ont d'abord participé à une table ronde de retour d'expérience, pour élaborer collectivement un projet d’intervention à partir d’un fonds d’images d’archives.

         

        • Laurence Bazin : concevoir un atelier de sonorisation d’images d’archives

        Formée à l'école Louis Lumière, Laurence Bazin a été chef-monteuse sur des films documentaires pendant plus de 15 ans, Elle encadre régulièrement des ateliers de montage ou de réalisation documentaire, désormais focalisés sur les archives amateures. Depuis cinq ans elle est responsable des activités de Cinéam, association créée en 1999 qui collecte, sauvegarde et valorise les films amateurs en banlieue parisienne, principalement en Essonne. Le fonds d'archives audiovisuelles rassemble 500 heures numérisées, les films les plus anciens datant des années 1920, qui témoignent de façon unique de l'évolution de nos modes de vie, des transformations du monde rural et des paysages, de l'histoire de l'architecture, du logement social, des grands ensembles. Elles contribuent à la connaissance de l'histoire de la région Île-de-France.

        La collecte des films se fait essentiellement par le bouche à oreille. Les projections organisées par l’association sont souvent de communiquer sur la collecte des films. Lorsque le détenteur d’un film fait un dépôt, un entretien audio est réalisé par Laurence Bazin avec cette personne qui commente les images, les restitue dans une histoire familiale, un contexte, une époque. Ce travail de montage entre le son et l’image permet de valoriser ces archives. Les projections sont par ailleurs toujours accompagnées du commentaire audio du cinéaste ou de ses proches. Ces images sont fragiles, modestes et aux yeux de Laurence Bazin cette parole spontanée et intime représente un des meilleurs moyens pour la mettre en valeur. Le travail de valorisation du fonds de Cinéam s’effectue par le biais de projections dans les communes du territoire concerné, lors d’actions à l’occasion des journées du patrimoine… Les missions de valorisation passent également par le volet éducation à l’image qui compte plusieurs types d’actions et d’ateliers.

         

        • Matthieu Claure : concevoir un atelier avec la Table Mash up.

        Matthieu Claure est professeur des écoles détaché. Il a enseigné en Ile-de-France pendant 19 ans avant de rejoindre l’équipe de Canopé de la région Grand Est où il est en charge de missions autour de la formation au numérique éducatif. Médiateur pour le réseau Canopé depuis 5 ans, il utilise régulièrement la table Mash up dans le cadre de ses actions.

        Mathieu Claure mène régulièrement des ateliers avec la table Mash Up. Conçue par Romuald Beugnon, la table Mash Up permet un travail sur le montage en se débarrassant du côté technique . « Tout passe par le jeté de carte sur une surface vitrée ».
        « Cette « table de montage », au sens premier du terme, permet de mixer en direct des extraits vidéos, des musiques, des bruitages et même d'enregistrer des doublages voix, le tout par le biais de simples cartes et d'un micro ». Elle permet aux participants de prendre conscience, par la pratique et de façon très intuitive que l’écriture d’un film se fait aussi au moment du montage.
        En fonction de l’âge des participants (qui vont de la maternelle au lycée), plusieurs thématiques peuvent être abordées : en maternelle, il s’agira de susciter la prise d’indices et l’expression autour de ce que les enfants peuvent voir. On peut travailler autour de choix musicaux pour accompagner les images. Avec les primo-arrivants, la table Mash Up peut représenter un prétexte pour travailler autour de la maîtrise de la langue.
        La table Mash Up permet de créer ses propres corpus ce qui ouvre des possibilités très variées : on peut intégrer les archives de l’Ina par exemple et ainsi travailler avec des enseignants autour des programmes (en histoire géographie notamment). Lors d’un partenariat avec la gaîté Lyrique, la table a été utilisée comme table de mixage puisqu’elle offre aussi la possibilité de constituer des corpus de sons. Tout un travail autour des archives sonores est donc également envisageable.

         

        • Julien Hairault : « Qu’est-ce qui fonctionne » et « qu’est-ce qui ne fonctionne pas » quand on utilise des images d’archives dans un atelier ?

        En tant que chargé de mission des actions éducatives et culturelles à Ciclic Centre-Val de Loire, Julien Hairault œuvre à la mise en place de dispositifs d’éducation artistique autour du cinéma (Lycéens et apprentis au cinéma) et de la littérature contemporaine. La formation continue des enseignants et médiateurs est également au cœur de ses missions à travers l’édition de nombreuses ressources pédagogiques numériques (Upopi), et la mise en place de temps de formation sur le cinéma, la bande dessinée, la littérature jeunesse, la photographie…Ciclic Centre-Val de Loire, en tant que Pôle régional d’éducation aux images, et Archives régionales du film amateur, questionne au quotidien les Archives comme matériau de création artistique, en complément de l’édition de ressources pédagogiques numériques sur le sujet.

        A partir de retours d’expériences issus d’actions menées autour des archives, cet atelier a permis aux participants de réfléchir à la mise en place d’actions de sensibilisation et de pratiques artistiques autour de ce matériau. En fonction du public ciblé, des archives utilisées, et de la forme artistique travaillée (photographie, vidéo, son), il s’agit également de définir ce qui peut fonctionner ou pas dans le cadre d’une action éducative et culturelle. Le travail sur les archives permet un travail intime, sensible, émouvant auprès des élèves. Un champ d’expression qui est rarement exploré par les enseignants.

        Le fil des images, la publication des pôles régionaux d’éducation aux images, coordonné par Ciclic, propose un dossier de Julie Guillaumot présentant différents ateliers menés à partir d’images d’archives articulés autour des usages suivants :

        1. Mieux voir (regarder, détourner, jouer)
        2. Les enjeux d’une bande sonore (sonoriser, bruiter, détourner)
        3. Un point de départ pour l’imaginaire (susciter la fiction, projeter ses histoires)
        4. La part de l’intervenant (explorer d’autres champs artistiques)
        5. Une source pour l’histoire (lier l’archive et les programmes scolaires)

         

        • Vincent Vicario : concevoir un atelier pour expérimenter le potentiel critique du film de réemploi.

        Vincent Vicario est vidéaste et enseignant/formateur audiovisuel. Pendant ses études de cinéma et audiovisuel, il affine sa cinéphilie et la met en pratique par le bais de la vidéo. En parallèle de premières expériences professionnelles en tant que réalisateur, monteur, journaliste reporter d'images, VJ, régisseur vidéo, il s'investit à questionner la réception des images dans des associations et structures artistiques et culturelles où il cherche à promouvoir et à diffuser des œuvres audiovisuelles exigeantes auprès du plus grand nombre et à transmettre des clefs pour la lecture d’images à travers des ateliers de pratiques artistiques. Se reconnaissant dans les notions sociales développées par l'éducation populaire, il passe un diplôme d'animateur culturel cinéma. Depuis 2007, il est en co-responsable de l’atelier vidéo de l’École Nationale Supérieure d’Art et de Design de Nancy. En parallèle, il développe et/ou participe à de nombreux projets dans le domaine de la fiction, du clip, du spectacle vivant, du vidéo mapping et conduit des sessions de formations artistiques et/ou techniques.


        Sa recherche et sa pratique se focalisent sur le film de réemploi, sur les rapports expressifs entre sons et images, sur les potentiels créatifs du montage, sur l'usage artistique et social des nouveaux médias. La création de films de réemploi, aussi appelés "found footage", est l’occasion d’une réflexion, par le biais de sa pratique, sur le montage. Les images d’archives représentent un corpus passionnant pour s’y exercer. La pratique du réemploi comporte une dimension analytique car elle déplace les images dans un autre champ : elle permet un discours sur son medium. Lors d’ateliers autour du réemploi, l’enjeu n’est pas seulement de réaliser un film mais d’amener les élèves à réfléchir à cette approche analytique et critique qui permet une déconstruction du pouvoir de fascination des images. Ces images ainsi détournées donnent à penser.

        Projection de L’Empire de la perfection (2018) de Julien Faraut
        Documentaire - 98’ – Avec Mathieu Amalric (voix-off)
        En présence du réalisateur

        Plongée dans le Roland Garros du début des années 80, en compagnie du numéro un mondial John McEnroe. Les rushes d’un film d’instruction tourné en 16mm révèlent de façon inattendue les malentendus et autres problèmes de cohabitation entre, d’un côté un champion perfectionniste et de l’autre, des arbitres perfectibles, un public avide de spectacle et une équipe de tournage décidée à capter les moindres faits et gestes du génial et tempétueux joueur américain.

         

        Intervenants

        • Jean-Yves de Lépinay. Enseignant, documentaliste et programmateur indépendant pour le cinéma et l'audiovisueI.

        • Laurence Bazin. Responsable des activités de Cinéam,

        • Matthieu Claure. Professeur des école détaché et médiateur pour le réseau Canopé.

        • Julien Hairault. Chargé de mission des actions éducatives et culturelles à Ciclic Centre-Val de Loire

        • Vincent Vicario. Vidéaste et enseignant/formateur audiovisuel

        • Julien Faraut. Réalisateur de L'Empire de la perfection.

         

        Contact et informations

        Date : 28 novembre 2019
        Lieu : Image’Est | site de la Manufacture – 9 rue Michel Ney, Nancy
        Participation gratuite sur inscription (80 personnes maximum)
        Public cible : enseignants, animateurs, médiateurs, bibliothécaires, artistes-intervenants, étudiants, services civiques etc.
        Horaires : 9h00–17h45.

      • Publié le 12/03/2020
Recevez notre newsletter